Voici les résultats d’une enquête sur l’approche du CSE vue par les membres du Cercle des DRH.
Quels sont les avantages que les DRH pensent tirer de l’élection du CSE ?
Quels sont les points de frictions ?
Comment vont-ils fonctionner avec leurs futurs CSE ?

Pour les membres du Cercle des DRH l’élection du CSE va d’abord permettre de réduire le temps qu’ils consacrent aux relations collectives :

  • 79% pensent que le CSE va réduire le nombre de réunions avec les élus.
  • 55% y voient la possibilité de ne plus avoir les suppléants en réunion.
  • 50% estiment que le nombre d’élus va baisser.
  • 47% pensent négocier les modalités de mise en place de la Commissions Santé Sécurité & Conditions de Travail et la périodicité des trois grandes consultations du CSE.
  • 38% pensent que cela va permettre d’instaurer un climat de confiance avec les représentants du personnel.
  • 38% estiment que cela va réduire le nombre de consultations avec les représentants du personnel.

En somme moins de temps et moins de réunions tout en renforçant  l’efficacité du dialogue social sur les sujets les plus essentiels.

Pour les membres du Cercle des DRH, le CSE ne change en rien les relations sociales

  • Seulement 38% pensent que le CSE va changer les relations avec les représentants du personnel pour qu’elles soient plus harmonieuses.
  • Seulement 36% pensent négocier le temps mensuel nécessaire à l’exercice des fonctions des représentants du CSE.
  • Ainsi 28% vont négocier le déploiement de la visio-conférence.
  • 28% pensent négocier avec les syndicats le nombre de réunions avec le CSE ainsi que le nombre de membres de la délégation du personnel du CSE.
  • 28% estiment que le CSE va attirer des élus plus jeunes.
  • 23% pensent négocier avec les syndicats les informations que souhaitent les représentants du personnel et notamment la liste et le contenu des informations nécessaires aux trois consultations majeures du CSE.

Par contre certains sujets n’appariassent pas intéressés la majorité des DRH du Cercle et notamment lorsqu’il s’agit de:

  • Revoir le périmètre des établissements  (19%).
  • Négocier les délais dans lesquels les avis du CSE sont rendus  (19%).
  • Réduire le nombre d’établissement distincts  (16%).
  • Renégocier le contenu de la BDES avec les représentants du personnel  (16%).
  • Privilégier les syndicats favorables à une négociation constructive  (12%).

Enfin certains sujets apparaissent exclus pour les DRH, comme par exemple :

  • Réduire le rôle des représentants du personnel dans la gestion du personnel (7%).
  • Neutraliser l’action des syndicats revendicatifs  (7%).
  • Négocier le nombre d’expertises dans le cadre des consultations récurrentes sur une ou plusieurs années  (7%).
  • Maintenir les délégués du personnel avec les représentants de proximité (5%).
  • Conserver les mêmes représentants du personnel  (5%).
  • Maintenir le CHSCT à la place de la commission santé sécurité  (5%, 2 Votes).
  • De se passer, à terme, d’une représentation du personnel  (0%, 1 Votes).
  • De faire disparaître les syndicats à terme  (0%, 1 Votes).

Pour les membres du Cercle des DRH  le CSE améliore la valeur des relations sociales.  Il ne s’agit pas de bouleverser ce qui existe, mais d’en optimiser le fonctionnement. 200 accords d’entreprise ont été signés à ce jour sur le fonctionnement du CSE, dont la majorité par la CFDT, qui plus que jamais apparait comme étant un syndicat réformiste. En second vient la CFTC et en queue de peloton la CGT, avec une petite quarantaine d’accord.

(Visited 66 times, 5 visits today)