Dans toute entreprise employant au moins 250 salariés est désigné un « référent harcèlement » chargé d’orienter, d’informer et d’accompagner les salariés en matière de lutte contre le harcèlement sexuel et les agissements sexistes.

En outre, au sein de chaque CSE doit être désigné un référent harcèlement sexuel et agissement sexiste.

Ces deux référents sont distincts.

Dans les entreprises de 250 salariés et plus, il y aura donc deux référents : le référent choisi par l’employeur, et le référent désigné par le CSE.

Selon le ministère, si vous devez lancer une enquête harcèlement : « Afin de garantir une pluralité des points de vue, l’enquête (réalisation des auditions, élaboration d’un rapport d’enquête) peut être menée conjointement par un représentant de la direction et un représentant du personnel (qui peuvent être le référent prévu à l’article L. 1153‑5‑1 du code du travail pour la partie « employeur » et celui prévu à l’article L. 2314-1 pour la partie « salariés »). » (Cf. guide ci-joint)

(Visited 51 times, 1 visits today)